Diagnostics de performance énergétique (DPE)

Echelle de consommation d'énergie

Le Diagnostic de Performance Énergétique ou DPE est un des documents faisant partie du dossier de diagnostic bâtiment. Le DPE doit être présenté lors de la vente ou location des appartements et maisons depuis le 1er juillet 2007. Il a pour objet d'informer le propriétaire et le locataire de la consommation d'énergie de la maison ou de l'appartement, son chauffage, sa climatisation, sa production d'eau chaude sanitaire (ECS), mais pas des appareils électroménagers.

Le DPE pour un bien immobilier doit comporter 4 sections


Consommation énergétique annuelle

La consommation annuelle doit être calculée pour le chauffage, l'eau chaude sanitaire, la climatisation sur chaque source d'énergie : le gaz, électricité, le bois, le poêle à pétrole, etc.

Retour sur les 4 sections du diagnostic

Positionnement en consommation et gaz effet de serre

Les deux images avec leur dégradé de couleurs (comme pour les réfrigérateurs, congélateurs, etc) sont un bon support visuel. Plus important sont les chiffres. On passe de la consommation annuelle à une consommation normalisée consommation /m2 /an.

  • 0 - 50 classe A. Les maisons neuves les plus performantes ; difficilement atteignable en rénovation. En Allemagne un programme vise a construire des maisons a 40 kWh/m2/an. Le surcoût dans la construction neuve est faible, si l'objectif est fixé dès le début.
  • 51 - 90 classe B. Atteignable facilement en construction neuve, atteignable en rénovation.
  • 91 - 150 classe C. Standard dans la construction neuve des maisons chauffées au gaz en France (RT 2005 impose par exemple à Paris 120kWh/m2/an).
  • 151 - 230 classe D. Standard des années 80 et 90. Des amélioration substantielles sont facilement atteignables notamment par le remplacement de chaudière et l'isolation des combles et fenêtres.
  • 231 - 330 classe E. Des maisons avant le premier choc pétrolier. Urgence
  • 331 - 450 classe F. Des maisons anciennes du début du XXe siècle. Les économies réalisables sont très importantes, le rendement économique (retour sur investissement) est évident.
  • 451 - ... classe G

Le dégradé en émissions de gaz à effet de serre (GES) peut être différent car ici l'origine de l'énergie rentre en compte. Le bois (neutre en cycle CO2) réduit les émissions, mais aussi l'électricité, produite en France a 80% par le nucléaire. Une faible émission en GES peut donc cacher une facture en électricité ou bois très importante.

Retour sur les 4 sections du diagnostic


Descriptif des données clefs

Cette section doit comporter un vrai diagnostic / examen de la personne, qui établit le DPE. On attend :

  • Mur : la nature de la construction : Mur en brique de 15 cm ou en terre cuite de 24 cm ou en parpaing de 15 cm ou en parpaing de 15 cm avec isolation par laine de verre de 8 cm. En résultat : la résistance thermique R.
  • Toiture : 24 cm de laine de verre en bon état : Résistance thermique R.
  • Menuiseries : simple, double vitrage, bois, alu, PVC. Résistance thermique R.
  • Plancher bas : sur terre, sur vide sanitaire, sur cave chauffée / non chauffée. Résistance thermique R.
  • Système de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire (ECS) : chaudière gaz, pétrole, poêle de pétrole, cheminée, et son rendement. Une chaudière à gaz des années 75 a un rendement de 80%. Une chaudière gaz a condensation de 2006 atteint 108% de rendement. Bien compter l'ensemble des sources !

 

Retour sur les 4 sections du diagnostic

Descriptif des recommandations d'amélioration énergétique

  • Mesure : isolation de la toiture par un isolant de résistance thermique R=5,5 (au lieu de 3 actuellement) ; remplacement de la chaudière actuelle (rendement 80%) par une chaudière a condensation avec rendement > 105%.
  • Nouvelle consommation : cette mesure réduit la consommation de x% par rapport a l'état initial (ou successifs).
  • Investissement : une estimation.
  • Économies : traduction en euro de la nouvelle consommation.
  • Rapidité retour d'investissement : indication.
  • Crédit d'impôt : peut être de 25% (pour l'isolation) à 50% (chaudière à condensation, pompe à chaleur) selon les mesures.

Demandez des explications sur l'addition des mesures et les nouvelles consommations, car le remplacement de la chaudière en exemple réduit la consommation de 23,8%, l'isolation de la toiture améliorer l'efficacité de 25% (sur l'ensemble des pertes). L'addition des deux mesures permet une amélioration de 42,8% et non 48,8%

Si vous faites établir un DPE, demandez une proposition d'amélioration pour chaque élément des données clefs individuellement de la section précédente : murs, fenêtres, toiture, plancher, chauffage, eau chaude sanitaire. C'est uniquement par le détail que vous pouvez juger la pertinence des recommandations et les appliquer à bon escient et au moindre coût.

Retour sur les 4 sections du diagnostic

Loi et Décret

Directive UE

Application de la Directive pour la Performance Energétique des Bâtiments (2002/91/EG), votée en application du protocole de Kyōto par l'UE. Sa transposition dans la loi française est terminée (loi du 13 juillet 2005 et décret du 14 septembre 2006. Elles est en vigueur depuis le 1er novembre 2006.

Dossier de Diagnostic Technique

Liste de Diagnostiqueurs Immobiliers Certifiés